MINDFULNESS : LE NON JUGEMENT

LE NON JUGEMENT

La mindfulness se cultive en adoptant la position de témoin impartial de votre expérience.

Ceci demande que vous deveniez conscient du flot constant de jugements et de réactions aux expériences intérieures et extérieures dans lesquelles nous sommes habituellement pris, et d’apprendre à vous en dégager.

Quand nous nous mettons à faire attention à l’activité de notre esprit, il est courant de découvrir et d’être surpris par le fait que nous générons en permanence des jugements sur notre expérience.

À peu près tout ce que nous voyons est étiqueté et catégorisé par le mental.

Nous réagissons à tout ce dont nous faisons l’expérience selon la valeur que nous lui attribuons.

Certaines choses, personnes, situations et circonstances sont jugées « bonnes » parce qu’elles nous font nous sentir bien pour l’une ou l’autre raison. D’autres sont tout aussi vite considérées comme « mauvaises » parce qu’elles nous font nous sentir mal.

Le reste entre dans la catégorie « neutre » car nous pensons que cela n’a pas beaucoup d’importance.

Les choses, les personnes et les circonstances neutres sont presque tout à fait reléguées hors de portée de notre conscience.

Leur prêter attention nous paraît habituellement très ennuyeux.

L’habitude de catégoriser et de juger notre expérience nous enferme dans des réactions mécaniques dont nous ne sommes même pas conscients et qui ne reposent sur aucune base objective.

Ces jugements tendent à dominer notre esprit, nous mettant en difficulté de jamais trouver la paix en nous-mêmes. C’est comme si l’esprit était un yo-yo, montant et descendant toute la journée sur le fil de nos propres pensées-jugements.

Si vous doutez de cette description de votre mental, observez simplement à quel point vous êtes préoccupé par des «j’aime», «j’aime pas», disons pendant une dizaine de minutes sur le chemin du travail.

Si nous voulons trouver une façon plus efficace de gérer le stress dans notre vie, nous devrons commencer par être conscients de ces jugements automatiques.

Nous voyons ainsi au-delà de nos préjugés et de nos peurs, et nous libérons de leur tyrannie.

En pratiquant la pleine conscience, il est important de reconnaître ce caractère jugeant du mental quand il se manifeste, et d’adopter intentionnellement l’attitude d’un témoin impartial, en veillant à simplement l’observer.

Quand vous trouvez votre esprit en train de juger, vous n’avez pas à l’arrêter de juger.

Tout ce qui est demandé est d’être conscient de ce qui se passe.

Pas besoin de juger ce processus de jugement et de vous rendre les choses plus compliquées encore.

Disons par exemple que vous êtes en train d’observer votre respiration. À un moment donné, votre esprit dira peut-être quelque chose comme «Comme c’est embêtant», ou «Ça ne marche pas », ou «Je n’y arrive pas ». Ce sont des jugements.

Quand ils surgissent dans votre esprit, il est très important de les reconnaître comme des pensées-jugements et de vous souvenir que la pratique implique de suspendre les jugements et de simplement observer ce qui émerge, quoi que ce soit, y compris vos propres pensées-jugements, sans les rechercher ni agir à partir d’elles en aucune façon.

Puis revenez à l’observation de votre respiration.

Extrait de « Au cœur de la tourmente, la pleine conscience »

,Jon Kabat-Zinn, (De Boeck)

passion-relaxation-hypnose-angers-mindfullness-non-jugement

Un commentaire sur « MINDFULNESS : LE NON JUGEMENT »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s