search instagram arrow-down

S’allonger et contempler ses orteils. Laisser la vie couler en nous comme l’encre de nos désirs, de nos émotions, de nos rêves. Ne rien faire, laisser passer. Oublier jusqu’à son propre nom, sa propre histoire pour ne faire qu’un avec l’instant.

Peut on s’autoriser cela, ce cadeau, cet instant comme un présent ? Qu’est ce qui justifie une telle attitude ? A quoi cela peut il servir ? Et qu’est ce qui, au contraire, l’empêche ?

Pourquoi ne pas y être sans cesse ? La vie semble osciller entre désir de mouvement et désir d’immobilité, tout en maintenant les choses stables.

Ainsi, ne rien faire est à la fois notre rêve et s’y installer longtemps source d’impatience et d’ennui.

Serons nous toujours pris dans ces pôles ? Probablement, comme un mouvement de pendule ou le ressac des vagues.

Car les cycles sont inhérents à l’existence. Processus de construction, déconstruction, naissance, mort, joie, tristesse…. Alors l’acte de méditer qui ressemble à ne rien faire, serait la volonté, l’entrainement à s’installer entre deux roues, entre deux vagues, entre l’inspiration et l’expiration…

Pouvoir élargir l’espace entre deux pensées, laisser respirer, se dégager de ce qui constitue le fouillis du monde, de la créativité incessante en soi et autour de soi.

Ne rien faire n’est pas un défi, ne rien faire n’est pas une performance ou une contrainte. C’est plutôt prendre place dans un canapé douillet et regarder le film du vivant.

Il est tellement plus beau que si on avait le nez collé sur l’écran de télévision.

Ne rien faire, c’est participer pleinement en toute conscience, à ce qui se déploie et qui est toujours nouveau. Le temps est une succession d’instants présents qui, depuis toujours, n’ont jamais été les mêmes.

Ainsi, si nous commençons à contempler le réel, nous pourrions avoir quelques surprises et découvrir que les lunettes avec lesquelles nous voyons le monde peuvent être enlevées.

Méditer ouvrirait donc l’espace des possibles par la largeur panoramique du point de vue.

Ainsi, ne rien faire est tout sauf de la paresse, c’est l’acte le plus prolifique qui soit ! Laissons dons les enfants et les ados s’ennuyer, ils apprennent !

Et nous pouvons tous devenir plus vastes et plus riches par cet acte simple de ne rien faire qui est ce qui est, le laisser s’épanouir et s’offrir.

Répondre
Your email address will not be published. Required fields are marked *

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :