NE RIEN FAIRE

S’allonger et contempler ses orteils. Laisser la vie couler en nous comme l’encre de nos désirs, de nos émotions, de nos rêves. Ne rien faire, laisser passer. Oublier jusqu’à son propre nom, sa propre histoire pour ne faire qu’un avec l’instant.

Peut on s’autoriser cela, ce cadeau, cet instant comme un présent ? Qu’est ce qui justifie une telle attitude ? A quoi cela peut il servir ? Et qu’est ce qui, au contraire, l’empêche ?

Pourquoi ne pas y être sans cesse ? La vie semble osciller entre désir de mouvement et désir d’immobilité, tout en maintenant les choses stables.

Ainsi, ne rien faire est à la fois notre rêve et s’y installer longtemps source d’impatience et d’ennui.

Serons nous toujours pris dans ces pôles ? Probablement, comme un mouvement de pendule ou le ressac des vagues.

Car les cycles sont inhérents à l’existence. Processus de construction, déconstruction, naissance, mort, joie, tristesse…. Alors l’acte de méditer qui ressemble à ne rien faire, serait la volonté, l’entrainement à s’installer entre deux roues, entre deux vagues, entre l’inspiration et l’expiration…

Pouvoir élargir l’espace entre deux pensées, laisser respirer, se dégager de ce qui constitue le fouillis du monde, de la créativité incessante en soi et autour de soi.

Ne rien faire n’est pas un défi, ne rien faire n’est pas une performance ou une contrainte. C’est plutôt prendre place dans un canapé douillet et regarder le film du vivant.

Il est tellement plus beau que si on avait le nez collé sur l’écran de télévision.

Ne rien faire, c’est participer pleinement en toute conscience, à ce qui se déploie et qui est toujours nouveau. Le temps est une succession d’instants présents qui, depuis toujours, n’ont jamais été les mêmes.

Ainsi, si nous commençons à contempler le réel, nous pourrions avoir quelques surprises et découvrir que les lunettes avec lesquelles nous voyons le monde peuvent être enlevées.

Méditer ouvrirait donc l’espace des possibles par la largeur panoramique du point de vue.

Ainsi, ne rien faire est tout sauf de la paresse, c’est l’acte le plus prolifique qui soit ! Laissons dons les enfants et les ados s’ennuyer, ils apprennent !

Et nous pouvons tous devenir plus vastes et plus riches par cet acte simple de ne rien faire qui est ce qui est, le laisser s’épanouir et s’offrir.

L’ART DU RECONFORT

Lorsqu’un être cher à du chagrin, nous avons envie de le réconforter. Mais que dire ? Que faire ? Voici quatre manières possibles d’être présent pour l’autre.

S’adapter à ses besoins

Ce qui importe, c’est d’être là pour l’autre et de reconnaître sa douleur. En s’adaptant à ses besoins, on donne à l’autre tout l’espace et toute l’attention nécessaires : son histoire, ses sentiments, ses besoins. Veut il pleurer ? Parler ? ou au contraire se taire ? A-t-il juste besoin d’une aide concrète ? En l’écoutant et en l’observant bien, on comprendra mieux ses attentes et de quelle façon lui apporter son soutien.

Proposer son aide

On peut montrer son empathie à un ami dans le besoin en proposant une aide pratique : s’occuper des enfants, préparer une soupe ou tailler les haies de son jardin sont parfois de très bonnes façons de réconforter.

De la place pour le chagrin

Chacun vit son chagrin à sa façon : certains voudront raconter encore et encore ce qui leur est arrivé. Certains auront besoin de s’emporter et de pester, tandis que d’autres se renfermeront sur eux-mêmes. Pour un proche, c’est très difficile d’être le témoin d’émotions telles que la tristesse ou le désespoir et on peut être tenté de chercher des solutions, d’expédier les choses, les émotions.

Lorsque vous n’êtes pas sûr de pouvoir répondre aux attentes d’un proche de la bonne façon, posez lui simplement la question : « Veux tu en parler ? Aimerais tu que je te rende visite ? Veux tu que je passe l’aspirateur ?

Voilà une façon très simple de clarifier les choses pour tous les deux.

La sécurité de l’immuable

Quand une personne subit une grande perte, on lui accorde beaucoup d’attention, mais cela s’estompe assez rapidement alors que le chagrin, lui, reste. C’est pourquoi ce sentiment de sécurité né dans la constance est si précieux.

PLEUREZ VOUS EN REGARDANT UN FILM

D’APRÈS UNE ÉTUDE : LES GENS QUI PLEURENT PENDANT LES FILMS NE SONT PAS FAIBLES, ILS SONT ÉMOTIONNELLEMENT FORTS

téléchargement (14)

Les gens qui pleurent pendant les films ne sont pas faibles, ils sont émotionnellement forts

Vous faites l’objet de moqueries lorsque vous versez des larmes devant un film? Voici une étude qui en fera taire plus d’un !

Qui n’a jamais versé une larme lors d’une scène émouvante en regardant un film ?

Face à ce type de réaction, il n’est pas rare de voir certaines personnes se moquer ou se faire chambrer en passant pour un hyper-sensible. Cependant,  contrairement aux idées reçues, ces pleurs seraient en réalité… une démonstration de force.

C’est en tout cas ce qu’ont démontré d’éminents spécialistes dans une étude étonnante.

images (21)

La première partie de l’étude a consisté à répondre à la question suivante :

Pourquoi il arrive que certains pleurent devant leur écran ?

Après de nombreuses analyses comportementales, mais également grâce à la pose d’électrodes sur des têtes pour connaître les zones du cerveau stimulées, les scientifiques sont parvenus à une conclusion : les cobayes qui versent des larmes ont la faculté de se mettre à la place des protagonistes de l’histoire qu’ils sont en train de suivre… bien plus que les autres spectateurs.

ple

En effet, il existe un lien de cause à effet direct entre le fait de pleurer et la dose d’empathie que quelqu’un est capable d’avoir. Plus une personne fait preuve d’empathie, plus elle sera à même de ressentir les émotions que vivent les personnages du film. Donc : si vous êtes du type à verser une larme,vous êtes spécial. Car vous l’ignorez peut-être, mais tout le monde n’en a pas la capacité.

Par exemple, des études poussées et très sérieuses ont prouvé que les narcissiques et les sociopathes en sont complètement incapables. Se mettre à la place des autres pour partager leurs sentiments n’est pas du tout dans leur nature.

listcrux

Pour ce qui est de la force, qu’elle soit mentale ou physique, beaucoup vous confirmeront que s’inquiéter pour les autres et partager leurs craintes, leurs peurs, leurs tristesses, leurs peines n’est vraiment pas de tout repos. Parfois, l’exercice peut même être épuisant. Il est donc nécessaire d’avoir le cœur bien accroché et les nerfs solides pour vivre cette expérience plusieurs fois par semaine, voire par jour.

La vie n’est pas un long fleuve tranquille, et le fait de pouvoir encaisser autant en dit long sur la résistance de quelqu’un. En plus d’être fortes pour eux, ces personnes peuvent l’être pour les autres.

D’un autre côté, craquer pour des acteurs, si fictifs soient-ils, montre que vous avez un cœur. Un cœur généreux et ouvert qui peut se déchirer pour d’autres en quelques instants. Et se réparer tout aussi rapidement une fois l’histoire terminée. Selon de nombreux psychologues, cette façon de rebondir en un temps record est synonyme d’intelligence et de recul.

pleurerfilm4

Après avoir pu ressentir ce que vivent les personnages, vous êtes instantanément capable de faire la part des choses entre fiction et réalité.

Mais ce n’est pas tout. Car il faut savoir qu’il existe également ce qu’on appelle « les larmes de mémoire ». Elles se manifestent quand la personne se reconnaît dans une situation qu’elle a vécue par le passé. Dans ce cas précis, le souvenir prend le dessus et peut aisément faire pleurer. Et là encore, c’est une réaction saine car ce procédé permet d’évacuer le trop-plein d’émotions, ce qui est bénéfique pour le corps et l’esprit.

Alors oui, que vous le vouliez ou non, les personnes empathiques sont bien plus fortes que la moyenne. Si vous en faites partie, soyez-en fier. Et surtout, ne vous cachez plus jamais pour pleurer. La prochaine fois que quelqu’un se permettra de vous faire une réflexion, vous n’aurez qu’à lui montrer cet article.

images (22)

Alors, si comme moi vous pleurez devant un film, c’est certainement que vous acceptez vos émotions, et que vous êtes en marche vers la meilleure version de vous même.

Laurence

DEPRESSION ET ANXIETE NE SONT PAS UN CHOIX

Dépression et anxiété ne sont pas synonymes de faiblesse, ni même la conséquence d’un choix personnel ; elles ne résultent pas d’un choix.

Non, les problèmes émotionnels ne fonctionnent pas de cette façon. Lorsqu’on ne va pas bien, on ne se dit pas «j’aime me sentir mal, du coup je me glissse dans un puits de tristesse ou d’anxiété pour voir si je me noie ou pas».

f03279c27e5e575a025c1731da889f53

 

Ce ne sont pas des signes de faiblesse ni de fragilité ou encore de pauvreté d’esprit, au même titre que le laisser-aller.


On pourrait dire que ce sont plutôt des signes de lutte, de lutte contre les adversités ou face à des situations personnelles gênantes et douloureuses, des pertes, des mauvaises expériences et des incertitudes

La dépression et l’anxiété ne sont pas des choix personnels

Ça peut arriver à tout le monde. Un beau jour, toutes les choses qui à vos yeux avaient du sens deviennent insignifiantes, plus rien ne vous encourage ni ne vous motive, vous avez du mal à sortir du lit, et vous vous sentez profondément triste ou irritable.

467a36c80e1373822cbe212a166c1398

Parfois, tout nous accable, notre respiration s’accélère d’un coup, et on se sent incapable de faire face à la vie de façon «simple et rapide».

D’une certaine manière, on se sent vaincu par les circonstances, dépourvu de force et d’envie. Cet état va et vient, ou bien nous colle à la peau.

On commence alors à se dire qu’on devrait peut-être consulter un spécialiste pour qu’il nous confirme que l’on est bien «invalide» à cause d’une profonde tristesse ou d’une terrible inquiétude qui nous fait nous sentir incapable de lutter au quotidien.


Lorsqu’on qu’on fait face à la perte d’un être cher, on se sent ébranlé ; on ne parvient pas à comprendre ce qu’il se passe, ni même pourquoi ça arrive

 

Par conséquent, on s’enfonce dans l’anxiété et/ou la dépression ; on évite au maximum de sortir de chez soi, ou bien quand on le fait, on se sent mal, on ne trouve plus aucun plaisir à s’adonner à des activités qui autrefois nous étaient agréables ou à tisser des liens avec les personnes qui nous entourent.

Bref, tout nous semble insurmontable, et pourtant, il est bel et bien possible de se sortir de là.

Pour ce faire, on doit accepter de se faire aider par un professionnel qui nous soutiendra en nous expliquant les choses et qui donnera de la cohérence émotionnelle à cette situation en nous aidant à la surmonter.


Franchir une des étapes les plus importantes du processus, c’est essentiel : demander de l’aide et bénéficier d’un soutien psychologique afin d’équilibrer notre état émotionnel et de «guérir» nos pensées.


 erkin-demir-double-exposure-photography-1

Les commentaires qui nous noient

C’est là que réside l’objet de cet article : notre relation avec notre entourage change.

La situation dans laquelle on se trouve n’est confortable pour personne, et du coup, les critiques finissent par surgir, et les commentaires et attitudes bourrées d’incompréhension, par nous envahir.

«Si tu es dans cet état, c’est parce que tu le veux bien», «Relève-toi et fais quelque chose de ta vie», «Tu es faible», «Tu es lâche», «Affronte la vie et arrête avec tes bêtises»…

Ces propos alimentent d’autant plus notre tristesse, notre apathie et notre anxiété face au quotidien.

A ces commentaires et autres attitudes s’ajoutent toutes ces pensées négatives qui parasitent notre esprit ; du coup, l’esprit et le monde de la personne anxieuse et/ou dépressive s’obscurcissent davantage

Evidemment, cela nous invite indirectement à vivre dans l’inertie et à nous isoler encore plus, ainsi qu’à renforcer le cercle vicieux qui nous a poussé dans ce piège.

images (17)

Dans la société dans laquelle on vit, il faut faire preuve d’une grande cruauté face aux douleurs psychologiques et émotionnelles, celles considérées de second, troisième ou quatrième rang. En fait, la valeur que l’on donne à notre santé mentale est vraiment terrifiante.

De la même façon qu’il ne nous arriverait jamais d’ignorer une blessure qui s’infecte ou qui n’a de cesse de saigner, des maux de ventre continus et aigus ou de forts maux de tête, on ne peut pas ignorer la douleur psychologique.


On doit donner à nos blessures émotionnelles l’importance qu’elles méritent, car le mal-être psychologique requiert un traitement, du travail, et un soutien indispensables à la guérison

images (18)

 

Autrement dit,on ne peut pas se contenter de penser que le temps pansera nos blessures, car ainsi, on court le risque que l’inverse se produise, que nos blessures s’ouvrent d’autant plus, que les infections s’étendent et que nos problèmes s’enlisent.

Si seulement on pouvait choisir de ne pas avoir de problèmes, de profiter de chaque moment et de toujours aller bien…cependant, on ne peut pas y échapper, et bien sûr, personne n’est à l’abri du danger.

On se doit de comprendre cela, et d’apprendre à prendre soin de nous comme on le mérite, et à ne pas incendier notre esprit d’un dialogue interne social qui démérite et sous-estime nos émotions ainsi que les problèmes auxquels on doit faire face.

Pour devenir la meilleure version de vous même, prenez soin de vous.

Laurence

images (19)

 

LA MAISON DOUCE

Je vous invite aujourd’hui à franchir le seuil de La Maison Douce.

C’est une maison ancienne, pleine de charme située au 4 rue Montault au coeur d’Angers.

Stéphanie a pensé ce lieu pour vous.

Dès l’entrée vous entrez dans un univers calme aux couleurs de bois flotté, aux effluves parfumées.

18302247_10211681152016344_218163432_n

Stéphanie et son équipe vous accueillent et vous feront découvrir des soins du visage et du corps, des modelages du bout du monde.

Apprêtez vous à vivre un moment de sérénité et de bien être.

Dès l’accueil vous vous sentez bien, un petit fauteuil confortable vous invite à vous asseoir en attendant votre rendez vous.

18337312_10211681154976418_1372687185_n

A côté vous avez le bar à ongles, avec toutes ses couleurs de plus vives aux plus tendres.

18337130_10211681157176473_822671386_n

Vous montez l’escalier en bois pour découvrir les salons des soins pour le visage, ou pour le corps. Tout est zen, plein de douceur, d’élégance et vous invite à la détente.

18336556_10211681211177823_1235617368_n

18302392_10211681214697911_2088429341_n

18361183_10211681227498231_864788379_n

18337066_10211681218057995_1941571507_n

18280725_10211681224898166_1613501209_n

Vous vivrez une inoubliable expérience grâce aux mains expertes des esthéticiennes de l’institut qui personnalisent vos soins avec les Essences exclusives Maria Galland.

18336759_10211681284779663_1467710545_n

18302286_10211681288299751_637740779_n

« Notre peau est une mosaïque de besoins multiples, dont l’éclat ne peut être préservé que par une beauté sur mesure »

Madame Maria Galland

Que vous choisissiez Caviar, Orchidée Noire, Malachite, Truffe Blanche, Argent, Or ou Hyaluron, ces essences grâce à leurs actifs d’exception vous feront vivre une parenthèse d’une qualité inestimable pour votre bien être et celui de votre peau.

Stéphanie a également choisi de vous proposer les huiles ALTEARA bio.

18360981_10211681375181923_885356444_n

En effet, votre bien être prend sa source au coeur de vos émotions… Imaginez…

La puissance des huiles essentielles,

Le pouvoir du parfum

et la simplicité du geste

s’unissent en couleur.

Vous vivrez une immersion au coeur de l’instant présent, en profondeur, au plus près de vous, et à chaque émotion est associée une couleur.

Êtes vous prêtes à vivre ce beau voyage au coeur de vos émotions ?

C’est bientôt la fête des mères, alors pensez aux cadeaux à offrir ou se faire offrir 🙂

Pour devenir la meilleure version de vous, prenez l’habitude de prendre soin de vous!

Laurence